LISTE
DES
ARTISTES
 

I
Q
U
X
Y

Mathis Gasser
Sept sont tombés vers le ciel
Travaux sur papier

Vernissage le jeudi 19 mai 2016 de 18h à 21h
Exposition du 20 mai au 3 septembre 2016

 

Mathis Gasser puise et entrecroise des milliers d’images issues de ses archives personnelles, patiemment collectionnées et triées, des références trouvées autant dans l’art, l’architecture, le cinéma, la BD, la SF, les magazines, que l’actualité. Dans cette pratique du collage très élaborée, des milliers de signes s’entrechoquent et se démultiplient en combinaisons explosives, en effet miroir ou gigogne, diffractées par l’immatérialité du numérique et l’invasion de l’information. L’impact recherché par Gasser au travers de ce corpus d’images réappropriées, réassociées, souvent retravaillées au dessin et à la peinture, prises dans un turnover soutenu et invasif, oscille entre une vision nihiliste et une interrogation sur les limites d’un monde miné par la tentation des archaïsmes, la résurgence de peurs primitives, les délires sectaires, les théories du complot, et les extravagances hyper technologiques, futuristes et prophétiques.

Cette prolifération, qu’elle fasse écho à l’explosion d’une actualité globalisée, hors limites, surréelle ou à des références plus historiques, culturelles et artistiques, est construite par Gasser en plusieurs séries. L’une d’elles constituera une partie des 600 pages du livre édité par le CEC, s’intitule In the Museum 1 /2 (3). « Dans le musée », que Mathis Gasser considère autant comme un réceptacle d’œuvres d’art que comme un espace traversé par des éléments appartenant à la sphère économique, sociétale, médiatique, numérique et scientifique. La deuxième série, Regulators, engage et développe une vision plus critique et politique de notre société.

Dans In the Museum 1 /2 (3), le musée est appréhendé comme une plateforme en constant dialogue entre des objets morts, les œuvres d’art et le flux de la vie. Gasser apparente les œuvres à des morts-vivants, à la fois objets et êtres vivants, des objets pré-technologiques, comme la peinture, manipulés par l’information, les nouvelles technologies et le monde virtuel. Des œuvres maintenues en vie artificiellement par le discours historique, la pédagogie et la communication.

Mathis Gasser imagine son propre musée comme une projection rétro-futuriste et prémonitoire, traversée par des ondes électromagnétiques ou des zombies, parcourue par une tension sous-jacente et les symptômes d’un chaos à venir. Dans ce musée imaginaire, les œuvres sont plongées dans un combat entre vie et mort, horreur et esthétique, où même la marionnette de Christopher Walken (film In the Museum 1 et 2), star hollywoodienne inquiétante, acteur fantomatique au regard étrange et perçant, borderline et comme venu d’ailleurs, représente une créature à demi vivante, déjà un stéréotype. Dans les films de Gasser, le double de Walken déambule dans la maquette immaculée et sans relief d’un musée fictif, attaqué par les œuvres d’art et protégé par les zombies. Cette histoire bricolée et fantastique, qui déborde d’œuvres ensanglantées et de morts-vivants, servirait de miroir à notre société traversée par de nouvelles expressions de violence, des forces occultes, des peurs primitives et irrationnelles. Les zombies représenteraient ces morts-vivants sans cerveau, hystériques et voraces, dévorant ses ex-congénères et rongés par le consumérisme galopant, transformés en machines sur-adaptées, autorégulées, consommant et communiquant non-stop, poussées à l’autodestruction par le capitalisme lui-même, parfaites images d’un processus sans fin de surproduction et d’auto-cannibalisme. Pour Mathis Gasser, le musée représente une sorte de matrice institutionnelle, à l’instar des Nations Unies ou de l’Union Européenne, qui synthétise et symbolise les croyances occidentales. Le musée d’art contemporain représenterait lui aussi ce même espace fictionnel. Gasser l’infiltre de personnages inquiétants et monstrueux – Walken et les zombies – eux-mêmes de purs produits de ce récit matriciel, qui semblent à la fois en jouir et en perturber l’ordre établi. Ces fantômes qui occupent le musée représenteraient le subconscient collectif, qui, derrière les apparences, influe sur notre société, perturbe son organisation et ses mythologies et exalte sa face sombre et mortifère.

La deuxième série, plus récente, reproduite également dans ce livre, formera le deuxième chapitre, Regulators 1 / 2 (n). Ce titre générique, Regulators, marque un lien plus franc vers le monde extérieur, son état, son actualité, son développement. Gasser l’envisage toujours d’une manière aussi fictionnelle, futuriste ou rétro-futuriste, mais également comme un univers plus en phase avec notre réalité : non-régulé, sujet aux multiples dérives et catastrophes (climatiques, écologiques), aux crises économiques (crashes boursiers, économie-casino, trading à haute fréquence), aux épidémies et au terrorisme. Une terre toujours peuplée de vampires et de zombies, d’êtres non-conscients, où règne l’ultra-violence et des dérives sans limites, qui explosent les repères, le cadre moral et crée de la volatilité. Ce monde indéterminé et liquide ouvre des failles à de nouvelles croyances : sectes, sociétés secrètes, illuminati et autres complotistes. La globalisation générée par le capitalisme occidental, hors de toute régulation, détruit à la fois les identités et les références morales communes, provoquant un trou noir, une impression de fin du monde éminente et apocalyptique, où s’engouffrent les théories d’anticipation mais aussi les réflexes de régression, anti-démocratiques, fascisants, dont le cinéma et les séries télévisées se sont déjà considérablement emparés, oscillants entre un futur hi-tech, déshumanisé et un retour à des archaïsmes délirants et débridés. On pense à eXistenZ de David Cronenberg, à la première saison de True Detective, à Top of the Lake de Jane Campion ou plus récemment au film Ex Machina d’Alex Garland.

Le terme « regulators » fait aussi référence aux systèmes de régulation, tels que ceux mis en place dans la finance, que Gasser envisage en arrière-fond de son travail, comme un commentaire et l’expression de l’urgence et du danger de prochaines explosions annoncées : nouveaux troubles financiers, écologiques, religieux, politiques, jusqu’à la résurgence de formes déjà connues de fascisme. La plupart des films de Gasser mettent en scène de petites histoires et des figurines qui déambulent dans des maquettes réalisées par lui-même. Plus récemment, ses performances proposaient des figures « grandeur nature », en live, se déplaçant dans les espaces d’exposition, costumées comme les acteurs du théâtre No ou du Bunraku japonais. Pour Gasser, les personnages de la série Regulators ne représentent pas des « agents » destructeurs, mais plutôt des êtres susceptibles d’inventer de nouveaux « rituels contemporains » plus ouverts et davantage inspirés par des notions d’abstraction, d’esthétique et d’éthique.

L’exposition de Mathis Gasser présentera une toute nouvelle série de travaux sur papier réalisés sur place, au CEC, pendant la période qui précédera le vernissage.

En préparation, l’édition du livre d’artiste :

Mathis Gasser, In the Museum 1/2 (3), Regulators 1/2 (n), offset, 17,5 × 23,5, env. 480 pages en noir et 128 pages couleur, couleur et noir/blanc, 300 exemplaires. Graphiste : Niels Wehrspann, Lausanne. Edition du Centre d’édition contemporaine, Genève, 2016.

Mathis Gasser est né en 1984 à Zurich. Il vit et travaille à Londres
En 2015, Mathis Gasser a présenté son travail à l’occasion de plusieurs expositions collectives et personnelles, au Swiss Institute, New York, au Basic Space, Dublin, au Gasthaus zum Bären et au Plymouth Rock à Zurich, à Union Pacific Projects et à la Pace Gallery à Londres, au Centre PasquArt à Bienne, à la galerie William Arnold et à la galerie Hester à New York. En 2016, il participera à plusieurs expositions collectives, au Swiss Art Awards, Bâle, au festival Glasgow International et à Wallriss, Fribourg. Il aura également en 2016 une exposition personnelle à Piper Keys, Londres. Mathis Gasser est représenté par les galeries Ribordy contemporary, Genève, Chewday’s, Londres et Hester, New York.
L’exposition de Mathis Gasser, Sept sont tombés vers le ciel a reçu le soutien de Pro Helvetia.

LISTE
DES
EXPOSITIONS
 

Liste complète
des expositions
(pdf)
(1989—2019)
 


2018

Matthew Lutz-Kinoy
The Meadow
Salon MAD#4 (Multiple Art Days)
Paris 2018
Entrelacs
Victor Man invite Navid Nuur
Valentin Carron, Marc Camille Chaimowicz, François Curlet…
artgenève


2017

Jonathan Monk
Directional Advice
Thomas Hirschhorn
Flashforward
Edited by the CEC!
Focus: Mélanie Matranga
Jean-Michel Wicker
#picturebook1
Book Launch c/o Section 7 Books, Paris
Jean-Michel Wicker
#picturebook1
Book Launch c/o SALTS, Birsfelden/Basel
Présentation de l’édition
Jean-Michel Wicker
#picturebook1
Jakob Kolding
The Outside or the Inside of the Internalised Externalised
Jean-Michel Wicker
BBiblioteca ffanafffantastica
artgenève
Présentation de l’édition
Jean-Michel Wicker
Belle étiquette


2016

Présentation du livre
Mathis Gasser
In the Museum 1 2 (3),
Regulators 1 2 n
Présentation de l’édition
Artists’ Voices
Valentin Carron
Deux épaisseurs un coin
Mathis Gasser
Sept sont tombés vers le ciel
Travaux sur papier
Artists’ Voices
Prolongation
artgenève


2015

Artists’ Voices
Extract
I Never Read, Art Book Fair Basel 2015
Jason Dodge
David Maljkovic
avec
Konstantin Grcic
Negatives
artgenève


2014

WINTER SALE
ET
ALPHABET EDITIONS
Raphaël Julliard
Chromozone
Oriol Vilanova
Renoncer à te décrire
artgenève


2013

Artissima, Turin
Edited!
NY Art Book Fair
David Hominal
Through The Windows
Jonathan Monk
Egg
artgenève


2012

Posters
Salon Light #9, Paris
NY Art Book Fair
Oscar Tuazon
Salon des Dames
artgenève
Jeffrey Vallance
The Vallance Bible
Nouvelles éditions
Oscar Tuazon
Book Launch c/o Galerie Eva Presenhuber, Zürich


2011

Aaron Flint Jamison
Philippe Decrauzat
Book Launch c/o Motto Zürich
Abstractions sentimentales et quelques éditions, Cneai, Paris
Philippe Decrauzat
NYSTAGMUS
Gerard Byrne
For example; a sketch of Five Elevations, 1971-72
Présentation de la publication
Sgrafo vs Fat Lava


2010

Présentation de l’édition de Pierre Bismuth Something Less, Something More – DIY
Sgrafo vs Fat Lava
Céramiques et porcelaines Made in West Germany, 1960-1980
« Encadrées »
Susanne M. Winterling
They Called Each Other Horses
Changement d’accrochage: Heimo Zobernig
Fröhliche Gesellschaft,
Parrotta Contemporary Art, Stuttgart


2009

Editions vs. objets
Erik van Lieshout
The Assistant
T. Quelques possibilités de textes
EDITIONS (suite…)
Présentation du catalogue
L’Effet papillon, 1989-2007,
castillo/corrales, Paris


2008

EDITIONS (2004-2008)
Présentation de
L’Effet papillon, 1989-2007
à la Maison de la poésie, Bâle
Trisha Donnelly
L’Effet papillon, 1989-2007
Olivier Bardin
You belong to me I belong to you
Editions récentes


2007

Gianni Motti
Perpetual Channel
Anne-Julie Raccoursier
Wireless World, BAC, Genève
Otra de Vaqueros (Redux), BAC, Genève
Habitat/Variations, BAC, Genève
Markus Schinwald, BAC, Genève
Andreas Dobler
In Deep Ink, BAC, Genève


2006

The Missing Evidence
Accrochage des éditions 1995-2005
Marie Velardi
Futurs antérieurs, 20006


2005

Christophe Rey
Ocean Bluff
Quelques éditions…
No More Lights On My Starguitar


2004

Florian Pumhösl
Héliogravures et film
M/M (Paris)
Pour hoM/Me,
printemps-été 2004
Mai-Thu Perret
Love thy sister like thyself
Haroutioun Simonian
Performance (à huis clos) & installation vidéo


2003

Filière papier – Filière expo
Monica Bonvicini
Accrochage de l’édition
Eternmale
Finger No. 12
conventions/
Konventionen/
conventions
Jakob Kolding
Amy O’Neill et Emmanuel Piguet
Dm-melkenburg


2002

Karl Holmqvist
Soirée tropicale
Animation: Vidéos
Rosemarie Trockel
Edition, eaux-fortes, 1996
KIOSK (V)
Monica Bonvicini
Bonded Eternmale


2001

Affiches/Livres
Social Hackers
Editions
Fabrice Gygi
VITRINES et PITON UNIVERSEL
Vidya Gastaldon & Jean-Michel Wicker


2000

Editions 2000
Bring the Noise
Bourse du CGGC 1997-1999


1999

KLAT
Evil Talk: Beyond the pleasure principle
Thomas Hirschhorn
Elke Krystufek
In the Arms of Luck
Editions


1998

One Step Backwards: Books, prints, videos, 1998
LISTE 98, The Young Art Fair,
Usine Warteck, Bâle
Lithographies


1997

Multiples du Centre genevois de gravure contemporaine
Elena Montesinos
Tune out, Turn off, Drop in
Eté 97
Stan Douglas
Photographies
Hinrich Sachs

B. Toguo Tamokoué
Gravures et Multiples


1996

Heimo Zobernig
Alexandre Bianchini,
Nicolás Fernández,
Jérôme Hentsch
et
Alain Julliard
Kristin Oppenheim
Rosemarie Trockel


1995

Thomas Hirschhorn
Les Plaintifs, les Bêtes, les Politiques
Karen Kilimnik
Tiger
Éditions du Centre genevois de gravure contemporaine
Luc Tuymans
Le Verdict
Claude Lévêque
Sans titre
Estampes et photographies
Yves Gevaert éditeur, Bruxelles


1994

Olivier Mosset
Claude Closky
Alexandre Bianchini

Hubert Mean
Alex Hanimann
Peintures, édition


1993

Giuseppe Penone
Images de pierres
Sigurdur Arni Sigurdsson
Peintures, dessins
Gerry Schum
Fernseh und Videogalerie
John M Armleder
Ian Anüll
Dessins, sérigraphies et éditions
Claude Gaçon


1992

Éditions, 1986-1992
John M Armleder
Parkett
Jean Stern
Panini alle melanzane
Stephan Landry
Marie Sacconi


1991

Laurence Pittet
Suzanne Lafont
Photographies
Marcel Broodthaers
Œuvres graphiques, 1964-1975
Jean-Michel Othoniel
¡ Capotes !


1990

Roman Signer
Installation hélicoptère, 1990
Jean-Marc Meunier
Sapins de Noël, 1988-1989
Anne Pesce
Pêcheur, c’est lui qui devient un poisson
Andreas Hofer
Installation – édition


1989

Henri Michaux
Encres, gouaches, aquarelles, lavis
Emmett Williams
Multiples
Andreas Gursky
Photographies
Stéphane Brunner
Mori Shigeru
Estampes