éditions RÉCENTES

2018
Victor Man
Childhood Drawings for Rózsa
Keren Cytter
The Brutal Turtle
The Furious Hamster
2017
Jonathan Monk
Directional Advice
Jakob Kolding
Through the Looking Glass
Jean-Michel Wicker
#picturebook1
Mélanie Matranga
A : Hope open et B : Love close
2016
Jean-Michel Wicker
Belle étiquette
Mathis Gasser In the Museum
1 2 (3), Regulators 1 2 n
Artist’s Voices
triple vinyle
Valentin Carron
Sunset Punta Cana
2015
Tobias Kaspar
Heart-Bite Valentine’s Day Teddy
Jason Dodge
édition de 120
David Hominal
Détail
Jason Dodge
« what we keep doing to ourselves »
(made near Jean Calvin’s grave)
Jason Dodge
Shoes made for someone with three feet by a master shoemaker in Berlin.
David Maljkovic
with
Konstantin Grcic
Negatives
2014
Victor Man
sans titre
Raphaël Julliard
RREPTILES
Oriol Vilanova
ONE HUNDRED AND FIFTY
2013
David Hominal
Through the Windows
sérigraphies
David Hominal
Through the Windows
publication
Philippe Decrauzat
One second, Notes on Replica
Jonathan Monk
Soft Boiled Egg 1/10, …, Soft Boiled Eggs 10/10

 


Actualité

Matthew Lutz-Kinoy
The Meadow

Exposition du 12 octobre 2018 au 8 février 2019
Vernissage le jeudi 11 octobre 2018 de 18h à 21h (Nuit des Bains)

Week-end Genève Art Contemporain : le samedi et dimanche 17 et 18 novembre de 11h à 18h
Vernissages communs du Quartier des Bains : le jeudi 17 janvier 2019, de 18h à 21h


Si le principal médium de Matthew Lutz-Kinoy est la peinture, elle se développe souvent au-delà de l’espace en deux dimensions pour s’étendre à son environnement, se transformer en décor ou en pièces de mobilier. Cette expansion de l’espace pictural s’exprime autant au travers du choix des sujets, que de l’agrandissement et la répétition de motifs stylisés. Ses peintures de très grands formats, souvent installées comme des tapisseries ornementales, des panneaux muraux ou des plafonds suspendus, scénographient l’espace d’exposition dans lequel le spectateur est physiquement immergé. Cette approche très spatiale et physique de la peinture traduit le rapport privilégié qu’entretient Lutz-Kinoy avec le corps, la gestuelle et explicite l’élargissement de son travail à la danse et la performance. À l’occasion de son exposition récente au Consortium, Dijon, un vaste dispositif de peintures murales inspirées des panneaux de François Boucher, qui habillaient les murs d’un boudoir aujourd’hui installés à la Frick Collection de New York, recouvraient la totalité des murs de ce white cube. La fascination pour cette peinture raffinée, sophistiquée et charnelle du XVIIIe siècle convoquait son caractère érotique et transgressif et invitait en arrière fond à une libération sensuelle et sexuelle.

Si la légèreté des œuvres de Lutz-Kinoy flirte avec le décoratif et s’éloigne d’une notion appuyée du style et d’une « patte », elles s’associent davantage à des traditions rythmées par des règles stylistiques et un vocabulaire préétabli : la calligraphie, le théâtre et la céramique japonaise, le rococo, les corps de François Boucher, Jean Cocteau ou Balthus. Ces variations, quasi tombées dans le domaine public par leur fantaisie et leur accessibilité, déplacées dans un espace désacralisé et démocratisé où le goût et sa modernité ont été susceptibles de porter des signes d’émancipation, rejoignent en quelque sorte l’art de Lutz-Kinoy, qui fusionne la fluidité du geste à la liberté des sujets. Il opère aussi une dé-hiérarchisation des références et des techniques, mêlant peinture acrylique, sérigraphie, teinture et pochoir, ou encore en développant une production artisanale qui retrouve le fait main et les objets du quotidien : céramiques ou tissus imprimés. Dans ce même mouvement, il ose inclure des motifs floraux, des corps déliés, dénudés, des courbes étirées, des plantes ou des animaux en gros plan. Cette fluidité décomplexée, ses associations libres, ses imbrications multiples dans un espace de création décloisonné traduisent une influence des pratiques du sampling et peut-être plus largement une vision holistique du monde qui l’entoure.

Le geste de Matthew Lutz-Kinoy entremêle des corps sensuels à des ornements décoratifs, déliés, récurrents, inspirés du végétal, du style nouille, de l’Art Nouveau. Ce traitement pictural, calligraphique, inspire toute l’exposition The Meadow du CEC et plus particulièrement le projet d’édition de lithographies en cours de réalisation, qui sera présenté début décembre. Lutz-Kinoy se réfère pour ce projet à des livres illustrés par Pablo Picasso, Max Ernst ou encore Francis Picabia, qui entremêlaient textes et dessins, sans hiérarchie. Les motifs de Lutz-Kinoy n’illustrent pas directement les textes mais composent un jeu graphique et poétique qui les encadrent, les dissimulent, les effacent partiellement ou même les maculent. Le texte est déconstruit comme autant de signes formant des planches abstraites où le texte et le dessin se fondent l’un dans l’autre, plus rythmés et sonores qu’illustratifs.

Matthew Lutz-Kinoy a invité pour son édition, Scrolls in the Wind, Harry Burke, Cyrus Grace Dunham, Sharon Hayes, James English Leary, Sophy Naess, Amy Sillman et Emily Sundblad, des amis écrivains, critiques ou artistes, à lui proposer textes ou poèmes et à former avec eux des duos inspirés par le même esprit progressiste, qui se situent souvent au delà du contexte de l’art. Cette communauté amicale, intellectuelle, politique et artistique interroge de nouvelles formes de tolérance, d’engagement et de contestation. Elle entend casser les codes établis et les anciennes frontières entre les arts, les catégories sociales, politiques et de genres. Hors de toutes hiérarchisations et exclusions, plutôt inclusifs et tolérants, la fluidité entre les expressions artistiques est préférée et se développe vers une ouverture aux identités multiples ; transgenres, LGBTQA+, non-binaires.

 

En préparation:

Matthew Lutz-Kinoy
Scrolls in the Wind
A collection of scripts and poems by Harry Burke, Cyrus Grace Dunham, Sharon Hayes, James English Leary, Sophy Naess, Amy Sillman and Emily Sundblad. Edited by Matthew Lutz-Kinoy

Édition composée de 12 imprimés, lithographie, couleurs, sur papier BFK Rives 250 g/m2, 42 × 29,7 cm, glissés dans une fourre avec la page de titre imprimée au recto et l’achevé d’imprimé au verso, l’ensemble réuni dans une boîte, édition tirée à 15 exemplaires dont 3 e.a et 2 H.C., numérotée, datée et signée. Impression Item édition, Paris. Production de la boîte Cartonnages Delavy, Lausanne. Édition du Centre d’édition contemporaine, Genève, 2019.

 

Matthew Lutz-Kinoy est né en 1984 à New York, il vit et travaille à Los Angeles et à Paris. Il a participé en 2018 à quelques expositions collectives entre autres à la galerie Freedman Fitzpatrick, Paris, à Indipendenza, Rome et a également bénéficié de plusieurs expositions personnelles, au The VleesHal, à Middleburg ; Bowles, à la galerie Kamel Mennour, Paris ; Southern Garden of the Château Bellevue, au Consortium, Dijon. Entre 2012 et 2017 il a participé à plusieurs expositions personnelles ou collectives : Fire Sale au Mendes Wood DM à Sao Paulo (2017) ; Rotten Wood, the Dripping Word : Shuji Terayama’s Kegawa no Mari au MoMa PS1 à New York (2016) ; Theater der Überforderung au Kunsthalle à Zurich (2016) ; To Satisfy the Rose, à la galerie Freedman Fitzpatrick à Los Angeles (2016) ; Lutz-Kinoy’s Loose Bodies, à Elaine MGK à Bâle (2013) et KERAMIKOS, une exposition itinérante avec Natsuko Uchino, au Kunsthal Charlottenborg, au Kunsthalle Baden Baden, au Museum für Gegenwartskunst à Bâle et à la Villa Romana de Florence (2012-2013).
L’édition de Matthew Lutz-Kinoy, Scrolls in the Wind, est soutenue par la Fondation Leenaards et par la Ville de Genève.
Le CEC remercie Sikås Art Center, Tutti Frutti, Suède et Freedman Fritzpatrick pour leur aide à l’exposition de Matthew Lutz-Kinoy, The Meadow.
Le CEC est soutenu par le Département de la culture et du sport de la Ville de Genève, la Loterie Romande, la Fondation Ernst & Olga Gubler-Hablützel et une fondation privée genevoise.

 

HEURES D’OUVERTURE
Mardi — vendredi : 14H30 — 18H30
Samedi : Sur rendez-vous
Le CEC sera ouvert pendant le week-end Genève Art Contemporain
Samedi 17 et dimanche 18 novembre 2018, de 11h à 18h

A Venir

 

Matthew Lutz-Kinoy

The Meadow

Exposition jusqu’au 8 février 2019
Vernissage commun Quartier des Bains : le jeudi 17 janvier 2019 de 18h à 21h