RECENT editionS

2019
Dorothy Iannone
Eros Paintings
Timothée Calame
Neologisms at Macdo with Maximage
Timothée Calame
En cas de vol with Alan Schmalz
Timothée Calame
Responsabilité (Pouvoir, Parole) with Léo Bachiri Wadimoff
Matthew Lutz-Kinoy
What to wear to a concert? Tips for concert outfits: wear your best punk jacket with the right patches !
2018
Matthew Lutz-Kinoy
Scrolls in the Wind
Victor Man
Childhood Drawings for Rózsa
Keren Cytter
The Brutal Turtle
The Furious Hamster
2017
Jonathan Monk
Directional Advice
Jakob Kolding
Through the Looking Glass
Jean-Michel Wicker
#picturebook1
Mélanie Matranga
A : Hope open et B : Love close
2016
Jean-Michel Wicker
Belle étiquette
Mathis Gasser In the Museum
1 2 (3), Regulators 1 2 n
Artist’s Voices
triple vinyle
Valentin Carron
Sunset Punta Cana
2015
Tobias Kaspar
Heart-Bite Valentine’s Day Teddy
Jason Dodge
edition of 120
David Hominal
Détail
Jason Dodge
“what we keep doing to ourselves”
(made near Jean Calvin’s grave)
Jason Dodge
Shoes made for someone with three feet by a master shoemaker in Berlin.
David Maljkovic
with
Konstantin Grcic
Negatives
2014
Victor Man
untitled
Raphaël Julliard
RREPTILES
Oriol Vilanova
ONE HUNDRED AND FIFTY
2013
David Hominal
Through the Windows
silkscreen prints
David Hominal
Throught the Windows
publication
Philippe Decrauzat
One second, Notes on Replica
Jonathan Monk
Soft Boiled Egg 1/10, …, Soft Boiled Eggs 10/10

 


News

Timothée Calame
Altera

Opening Thursday May 16, 2019, 6-9 PM (Quartier des Bains common openings)
Nuit des Bains, Thursday 12 September 2019, 6 – 9 PM
Exhibition extended till October 26, 2019

 

Timothée Calame

Altera

Il existe deux espèces de clients au Grand Bar Bernabo : l’une qui boit, l’autre qui mange.

Un aristocrate du 15ème arrondissement de Marseille.

Un dessin (avec Alan Schmalz) présente plusieurs éléments relatifs à l’hypothèse d’un braquage de la pensée. Comment réagir en cas de vol ? Comment protéger sa propre créativité d’une humanité avide d’idées ?

1) Le b.a.-ba d’un système d’autodéfense intellectuelle serait de ne laisser place qu’aux mauvaises pensées ; penser à mal en permanence. Ainsi les voleurs s’encombreraient de matière négative.

2) Pour les avancés : cesser d’être (ça dit plus que le suicide seul).

3) En dernière instance, alors toutes causes seraient perdues, s’adresser à l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, dont le manque de fiabilité est connu de tous.

Léo Bachiri Wadimoff cherche à mettre à nu le lien de parenté entre le mot
« « RESPONSABILITE », le papier de couleur (celui de l’école primaire) et quelques archétypes esthétiques de l’art conceptuel.
 A cette association sont apposés notes et dessins, cartographie approximative des rapports entre humains lorsqu’il s’agit de s’organiser – pour ou contre un système.
 Ici, le rôle de chacun semble défini à jamais avant que l’organisation même n’ait atteint le stade embryonnaire. Ceux qui sont jeunes vieilliront sagement, les mauvais éléments seront éliminés, les ancêtres supplantés. Ceux qui s’accapareront la parole détiendront le pouvoir.

Les images sélectionnées pour la troisième affiche ont été capturées au McDonald’s de Sainte-Marthe à Marseille. Un concert de soutien était organisé en faveur des Gilets Jaunes inculpés dans la région depuis le début du mouvement. Les caisses étaient fermées, le fast-food transformé en pôle de radicalisation. Un accrochage éphémère de t-shirts
 (« Stop aux discriminations sociales », « Justice et Vérité pour x ») au-dessus des caisses se juxtaposait à l’architecture de l’établissement, dont le principal attrait n’était autre que le papier peint – consistant en une reproduction à l’échelle 1:1 de tags et throw-ups de vandales new-yorkais sévissant dans les années 2000. (En 2016, McDonald’s fut accusé de plagiat par certain de ces auteurs et leurs proches).

Témoignage d’une exception : figuration précise d’un présent impalpable.
L’aubaine de vivre, avant le reste du monde, la simulation du jour où un pourcentage des bénéfices journaliers d’un fast-food franchisé seraient versés à une quelconque lutte contre la brutalité policière, 
du jour où un t-shirt griffé d’un mot d’ordre anticapitaliste accompagnerait le menu de votre choix.

La sérigraphie d’Eduardo Paolozzi, « FUTURISM AT LENABO », 1964, fut notre modèle pour le titre ainsi que l’agencement pictural de cette composition. Les graphistes de Maximage se sont chargés de nous présenter l’éventail de possibilités d’impression en offset et ont partagé leurs connaissances dans ce domaine.

Ce sourire comme ce regard ont été travaillés dans un tissu élastique selon une méthode originaire de la branche « goa/psytrance » de l’univers (toujours plus hermétique) des free-parties.
 Objets attrayants pour leurs esthétiques singulières, elles ne sauraient pourtant se limiter à conter l’histoire d’expériences collectives perdues dont on aurait gardé que les attributs positifs, comme une décoration.

En un sens, ces deux bouts de tissus psychédéliques, sont chargés de nombreuses données.
 Comme l’idée de vols perpétrés par des cultures (cultures tribales, sous-cultures, cultures « officielles ») sur d’autres, par exemple.
 C’est aussi l’histoire fictive, d’un géant, rejeton de toutes les souffrances occasionnées par l’architecture post- moderniste, coincé dans la vitrine d’une des arcades du bâtiment dessiné par les frères Honegger, à la rue des rois.

Dans l’autre salle, un petit labyrinthe issu de l’assemblage de quatre isoloirs préfabriqués en carton que l’on peut acquérir sur internet, servant principalement aux élections syndicales d’entreprises. 
Le modèle en question c’est « Danton ».
 Il y a quatre entrées, quatre couleurs, quatre possibilités… à l’intérieur c’est uniforme.

Un carrefour électoral.
Aux murs, quatre peintures dont les couleurs vont de pair avec chacune des entrées de la construction – les sujets sont des clowns (car il est impératif d’en peindre au moins une fois dans sa vie) vaudois.”

Marseille, 2019

 

Timothée Calame, Neologisms at Macdo and Maximage, poster, offset, colours, on Profimat 200g/m2, 50 × 70 cm, numbered, dated and signed by Timothée Calame and Maximage (MX). Edition of the Centre d’édition contemporaine, Geneva, 2019.
Timothée Calame, En cas de vol and Alan Schmalz, poster, offset, colours, on Profimat 200g/m2, 50 × 70 cm, numbered, dated and signed by Timothée Calame and Alan Schmalz (AS). Edition of the Centre d’édition contemporaine, Geneva, 2019.
Timothée Calame, Responsabilité (Pouvoir, Parole) and Léo Bachiri Wadimoff, poster, offset, colours, on Profimat 200g/m2, 50 x 70 cm, numbered, dated and signed by Timothée Calame and Léo Bachiri Wadimoff (LBW). Edition of the Centre d’édition contemporaine, Geneva, 2019.

 

Timothée Calame (born in 1991 in Geneva, lives and works in Marseille) had several group and solo exhibitions: in 2018 at MAMCO, Geneva, in 2017 at the Swiss Institute, New York and at Galerie Eva Presenhuber, Zurich, in 2016 and 2019 at galerie Édouard Montassut, Paris and at galerie Weiss Falk, Basel and at Forde, Geneva, as well as at Fri-Art, Fribourg and at Institut suisse, Milan.

The CEC is supported by the Département de la culture et du sport de la Ville de Genève, the Loterie Romande, the Leenaards Foundation, the Ernst & Olga Gubler-Hablützel Foundation and a Genevan private foundation.
The exhibition Timothée Calame Altera is supported by the Département de la culture et du sport de la Ville de Genève and the Fonds cantonal d’art contemporain, OCCS – DCS, Geneva.

 

Opening
hours For the Exhibition
Timothée Calame
altera

Tuesday – Friday
2:30 PM – 6:30 PM
Saturday
2 PM – 5 PM

Upcoming

 

New work space, oPEN ACCROCHAGES, eDITIONS

November – december 2019

The CEC open during WEEK-END GENEVE.ART

saturday 16 and sunday 17 NOVEMBRE 2019

11 AM – 6 PM